Comprendre mes données

Comprendre mes données

Le Plume AQI

Comme un thermomètre donne la température de l’air, le Plume AQI vous donne un aperçu immédiat de ce que vous respirez.

COMMENT CET INDICATEUR EST-IL CONSTRUIT ?

Afin de communiquer facilement sur le niveau de pollution de l’air, les scientifiques et les gouvernements utilisent un indice de la qualité de l’air appelé Air Quality Index (AQI). Cet AQI est d’autant plus élevé que la pollution de l’air est forte. Un AQI qui augmente signifie qu’une part croissante de la population est susceptible de ressentir l’effet de la pollution en développant des symptômes à court ou à long terme.

COMMENT EST-IL CALCULE ?

Plume Labs utilise la norme internationale établie par l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement (EPA) ainsi que les directives de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des études scientifiques pour définir le Plume AQI et les quatre niveaux de pollution. Le Plume AQI prend en compte les concentrations de plusieurs polluants différents et est calculé en fonction du polluant ayant le plus d’impact sur la santé au moment présent.

Les seuils de pollution

Nous prenons en compte les directives de l’OMS ainsi que les recommandations d’autres institutions comme la Commission Européenne, l’Agence chinoise de qualité de l’air et l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement (EPA).


Chaque catégorie du Plume AQI vous informe sur la durée à laquelle vous pouvez vous exposer à ces taux de pollution sans impact sur votre santé. Grâce à cette information, vous pouvez agir sur votre exposition et vous prémunir de la pollution.

0-20 POLLUTION FAIBLE

L’air est pur, idéal pour les activités de plein air ! Les niveaux de pollution sont en dessous des seuils limites d’exposition fixés par l’OMS pour un an d’exposition à la pollution. Aucune inquiétude à avoir si vos lumières sont vertes !

21-50 POLLUTION MODEREE

La qualité de l’air est jugée comme acceptable, bien qu’elle soit supérieure aux seuils recommandés par l’OMS pour une exposition annuelle. Cela signifie qu’à moins d’avoir des taux identiques toute l’année, vous ne devriez pas subir d’effets négatifs sur votre santé. Cependant, certaines personnes peuvent être plus sensibles à ce niveau de pollution. Il est toujours bon de demander conseil à votre médecin !

51-100 POLLUTION ÉLEVÉE

L’air est très pollué. Supérieur à la limite maximum pour 24h établie par l’OMS. Certains effets sur la santé peuvent se faire ressentir. Les personnes particulièrement sensibles à la pollution devraient limiter leurs activités en extérieur.

101+ POLLUTION TRES ÉLEVÉE ET PLUS

Tout le monde peut commencer à sentir les effets négatifs de la pollution. Une exposition à long terme constitue un risque pour la santé. Les niveaux ont dépassé la limite fixée par l’OMS pour 24h.


Dans certaines régions ou pendant les pics de pollutions, vous pouvez être confronté à des niveaux de pollution de plus de 200 ou 300 qui ont un impact grave sur la santé même en cas de courte exposition. Il est conseillé à chacun d’éviter toute activité physique jusqu’à ce que le niveau de pollution baisse.

Comprendre la pollution

L’air que nous respirons est constitué à 99% d’oxygène et d’azote mais aussi de polluants d’origine et de nature différentes qui peuvent avoir des impacts à plus ou moins long terme sur notre santé. Voici un aperçu des polluants atmosphériques détectés par Flow !

PARTICULES FINES (PM10 ET PM2.5)

Qu’est que c’est ? Ce sont de petites particules solides aérosoles qui peuvent pénétrer dans les voies respiratoires et les poumons. Les plus fines peuvent même se fixer aux vaisseaux sanguins. On parle de PM10 (PM, de l’anglais particulate matter) pour faire référence aux particules de moins de 10 microns de diamètre et de PM2.5 pour celles n’excédant pas 2,5 microns.


D’où viennent-elles ? Des activités humaines comme le trafic routier et la transformation d’énergie, ou d’origine naturelle comme les éruptions volcaniques. La concentration en particules fines dans l’air dépend de la température et de la vitesse du vent. Elles sont particulièrement présentes en cas de grand froid et d’absence de vent, qui empêche les particules de se disperser.


Quels sont les risques ? Les particules fines sont la cause de nombreuses allergies nasales. L’exposition chronique aux particules fines est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires et respiratoires, ainsi que de cancer du poumon.

DIOXYDE D’AZOTE (NO2)

Qu’est que c’est ? C’est un gaz suffocant et irritant. Il a une odeur caractéristique, âcre et piquante. On le reconnaît facilement à sa couleur brun-rouge.


D’où vient-il ? Principalement de la combustion (chauffage, production d’électricité, moteurs des véhicules automobiles et des bateaux) dont 50% est dû au trafic routier.


Quels sont les risques ? Il est responsable de bronchites et d’asthme, en particulier chez les enfants, et peut également contribuer à une diminution de la fonction pulmonaire en cas de forte concentration.

COMPOSES ORGANIQUES VOLATILS (COV)

Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des molécules (principalement à base de carbone) que l’on trouve sous forme de gaz dans l’air que l’on respire. Elles sont très volatiles et se propagent donc très loin de leurs lieux d’émission.


D’où viennent-ils ? Les COV sont émis par le trafic automobile, par l’industrie, par le secteur résidentiel, par l’usage domestique de solvants, mais également par la végétation.


Quels sont les risques ? Ils peuvent provoquer des irritations voire une diminution de la capacité respiratoire en cas de forte concentration. Certains COV sont classés comme cancérigènes.